Le 9 octobre 2019

Une adresse IP, c’est quoi ?

Si vous êtes en train de lire cet article, alors c’est que vous êtes connecté à internet grâce à votre adresse IP. Cette série de nombres sert en effet à identifier un ordinateur, un routeur ou un périphérique sur un réseau. Qu’est-ce qu’une adresse IP, à quoi ça sert, comment ça marche… Nos réponses aux questions les plus courantes.

Adresse IP, ça veut dire quoi ?

Adresse IP est une abréviation qui vient de l’anglais Internet Protocol. Cela permet aux smartphones, ordinateurs, routeurs ou périphériques (imprimantes, photocopieurs) d’avoir un identifiant – une série de nombres – unique pour se connecter sur un réseau, à la manière d’un numéro de téléphone.

Adresse IP : fixe ou dynamique ?

De nos jours, la plupart des adresses IP sont dynamiques, c’est-à-dire que votre box, fournisseur d’accès ou routeur attribue dynamiquement à partir d”une plage d’adresses dédiée une nouvelle adresse IP à votre appareil à de chaque nouvelle connexion. Moins fréquentes, les adresses IP fixes ou statiques sont plus souvent utilisées pour l’hébergement de sites ou tout autre service en ligne (jeu, accès à des plateformes privées, travail en réseau fermé, extranet ou intranet privé,  VPN).  Elles permettent, entre autres, de localiser plus facilement les serveurs d’hébergement web à partir de n’importe où dans le monde.

Dans la plupart des cas, c’est le serveur DHCP (de l’anglais Dynamic Host Configuration Protocol) qui configure de façon automatique votre adresse IP. Un administrateur réseau, peut cependant, par exemple en local, configurer manuellement des adresses IP pour chaque appareil.

Quelle est la différence entre une adresse IP locale et publique ?

Une adresse IP locale ou privée ne peut pas être utilisée pour se connecter à Internet. Elle se retrouve sur des réseaux locaux ou privés, comme l’intranet d’une entreprise. Il existe pour cela des plages d’adresses IP spécifiques (comme 192.168.0.1 par exemple, adresse dite de class C). Ceci dans un but de sécurité et de confidentialité. On dit que ce sont des adresses non routées sur internet.

On peut relier un appareil avec une adresse locale à internet grâce à ce qu’on appelle le mécanisme NAT (Network Address Translation) – Translation d’adresse réseau.

Les adresses IP publiques quant à elles sont données à des appareils pour accéder à Internet afin qu’ils puissent communiquer entre eux et être facilement identifiables.

IPv4 : qu’est-ce que que ça signifie ?

Actuellement, la plupart des adresses IP sont générées par votre réseau local, votre box internet ou votre fournisseur d’accès et comportent une série de 4 nombres allant de 0 à 255. Par exemple : 192.0.1.112. C’est ce qu’on appelle le protocole IPv4, pour version 4. C’est la norme la plus couramment utilisée.

Mais il y a de plus en plus d’adresses IP qui sont générées et cette série de nombres pose problème : le nombre de combinaisons est limité et de moins en moins d’adresses IP sont disponibles. C’est pour cela que la norme à venir est IPv6.

IPV6 : la nouvelle norme

Le protocole IPv4 est utilisée depuis 1983 et permet de générer environ 4,3 milliards d’adresses différentes. On estime qu’en juin 2018, en France, les principaux opérateurs avaient assigné entre 88% et 99% des adresses IPv4 à leur disposition.

Le nombre d’adresses IPv4 en attente est désormais supérieur au nombre d’adresses restantes. Face à cette pénurie, il devient donc indispensable de faire la transition vers le protocole IPv6, qui est sous la forme de 8 séries de chiffres et de lettres et permettra l’assignation de beaucoup plus d’adresses.

Il est désormais possible de se mettre à la norme IPv6 sur la plupart des appareils et auprès de la plupart des opérateurs.

L’ARCEP alerte sur la pénurie d’adresses IPv4 | Source photo
L’ARCEP alerte sur la pénurie d’adresses IPv4 | Source photo

Passer au protocole IPv6

Pour passer au protocole IPv6, la démarche dépend de votre appareil ou opérateur. N’hésitez pas à contacter un expert en informatique qui saura vous aiguiller sur la démarche à effectuer.